Pages Navigation Menu

Actualité immobilière de la cote basque

Céder son entreprise viticole, comment ça fonctionne ?

Céder son entreprise viticole, comment ça fonctionne ?

 

Il existe plusieurs raisons qui incitent les propriétaires viticoles à céder leur entreprise. Cela peut être dû à une raison économique ou personnelle, un départ en retraite et bien d’autres encore. Comme tout autre chef d’exploitation, vous avez également décidé de transmettre votre bien à un tiers. Quel que soit le motif, la cession d’entreprise requiert une bonne préparation.

 

Pourquoi faut-il se préparer ?

On ne quitte pas son exploitation viticole comme on quitte son travail. Une propriété viticole est un bien qu’on a bâti durant une bonne partie de sa vie. Et s’il fallait un jour la transmettre à quelqu’un, il faudrait s’attendre à bien des choses. C’est pourquoi la préparation est primordiale.

En préparant votre cession d’entreprise viticole au préalable, vous aurez largement le temps d’estimer votre bien au juste prix. Vous pouvez évaluer la valeur de votre entreprise en vous basant sur votre situation économique, fiscale et patrimoniale. Mais, en cas de doute, le recours à un professionnel est toujours conseillé.

Il ne faut pas oublier que la transmission d’un bien à un autre implique parfois une baisse de revenu. Et si jamais la retraite de base ne pourra pas subvenir à vos futurs besoins, vous pourriez alors penser à un autre régime, dont la retraite complémentaire. Outre les revenus, la transmission de votre entreprise peut également engendrer d’autres conséquences importantes. Afin de protéger votre famille sur les éventuels risques, tels que la perte de revenu, et assurer leur avenir, il faudrait dans ce cas anticiper votre décision.

 

Comment se préparer à une cession d’entreprise viticole ?

Il existe plusieurs moyens permettant de préparer votre cession d’entreprise dans les meilleures conditions. En premier lieu, une bonne organisation patrimoniale est de mise. Qu’est-ce que cela signifie ? De votre vivant, vous devez anticiper cette décision soit en faisant des donations, un testament ou bien des pactes d’associés s’il s’agit d’une exploitation à titre d’association.

Avant de réaliser la cession, pensez d’abord à votre retraite. Vous devez estimer les revenus dont vous aurez besoin à la retraite. Si votre capital reste insuffisant, il faudrait donc penser à un complément de retraite. Mais il n’y a pas que les revenus et la retraite. Pensez en même temps aux avantages fiscaux dont vous souhaitez bénéficier.

Enfin, pour éviter les risques d’endettement, vous pouvez également envisager une autre activité rentable qui pourrait compenser vos dettes et assurer votre avenir ainsi que celui de votre famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *